Les représentants du gouvernement hésitent-ils à déplaire aux entreprises parce qu’elles prévoient être embauchées par elles?

Non, je ne pense pas que ce soit aussi mauvais que ça. Le gouvernement est très important et surtout sous-payé au niveau professionnel. L’effet est que, en tant que groupe, les personnes les plus compétentes sont du «côté industrie» de l’équation.

J’ai vu la réglementation directe du gouvernement (et l’examen de la conformité) des deux côtés. Ce que j’ai constaté, c’est que l’industrie est vérifiée ou examinée plusieurs fois par an. Pour des entreprises comme Chevron ou Microsoft, il y a des employés à plein temps du gouvernement américain avec des bureaux à l’intérieur des sociétés elles-mêmes. Il s’agit de situations très complexes nécessitant une connaissance approfondie de cette activité. Les fonctionnaires ordinaires ne sont donc pas affectés. Seuls les meilleurs et les plus brillants.

Ce qui signifie que deux choses se produisent.
1) ils “deviennent natifs” comme le personnage de Jake dans Avatar. Les régulateurs accepteront chaque année une solution de contournement astucieuse, en se concentrant uniquement sur la nouvelle législation sans se soucier de savoir si le rôle accusatoire du régulateur est en train d’être rempli.

2) ils se lassent de rencontrer des gens moins compétents qu’eux qui sont mieux payés. N’oubliez pas que ce sont les meilleurs que le gouvernement puisse offrir. Finalement, une offre d’emploi se présente et ils changent de camp. Ils peuvent maintenant aider à former le prochain gars que l’IRS ou la FDA ou l’EPA, etc., envoie leur chemin.

Il en coûterait plus cher d’augmenter les salaires des régulateurs, d’en embaucher suffisamment pour les faire tourner chaque année et de construire un véritable “espirit du corps”, mais cela résoudrait largement le problème.

Non. Ils hésitent à leur déplaire car ils considèrent qu’ils font l’objet de pressions de leur part, avec tous les avantages qui en découlent, pour financer leur propre acquisition de pouvoir et d’influence.

Salut Joel. Merci pour l’A2A. Je pense que dans certains cas, cela serait certainement vrai. Mais je suis sûr que dans de nombreux cas, il n’y joue aucun rôle. Si vous posez des questions sur les élus et leur personnel, c’est probablement plus vrai. Pour le fonctionnaire moyen, je dirais que ce n’est pas très probable. Le directeur des achats à la Bibliothèque du Congrès a probablement très peu à craindre des éditions Random House s’ils ne commandent pas suffisamment d’exemplaires d’un livre donné. Mais si je suis assistant législatif d’un sénateur et que je veux travailler dans la rue K pour gagner de l’argent réel, je serais beaucoup plus susceptible de m’inquiéter de ce que les entreprises d’une industrie particulière pensent de moi, donc ce serait plus probable que j’appuierais une loi qui les rendrait heureux.
J’espère que cela t’aides.

Y a-t-il une porte tournante oui, mais je pense que pour certains domaines, il y a moins de choix “de déplaire” en raison du besoin de personnes hautement qualifiées. Les exploitants de centrales nucléaires et les inspecteurs de la réglementation nucléaire utiliseraient une éducation et des connaissances similaires en matière d’exploitation. Le fait de ne pas inciter les banquiers au ministère de la Justice et de devenir avocat du secteur bancaire est un peu plus que «hésité» dans mon livre.

Peut-être en partie, mais la raison principale est que les sociétés donnent à ces personnes BEAUCOUP d’argent en échange de leurs enchères.